Actualité de l’AFAPDP : juin 2012

Par Isabelle FALQUE-PIERROTIN, Présidente de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en France, et Secrétaire générale de l’AFAPDP

 

A l’invitation de Jean CHARTIER, Président de l’AFAPDP, je suis heureuse de rédiger cet éditorial pour inaugurer la nouvelle version de la lettre d’information de l’AFAPDP.
 
Cette nouvelle formule propose des liens vers les articles publiés récemment sur le blog de l’AFAPDP, pour faciliter l’accès à l’information et offrir la possibilité d’approfondir les sujets qui vous intéressent.
 
Il s’agit tout particulièrement d’informer les membres de notre réseau de nos principales activités et d’assurer la diffusion des messages portés par l’association et ses représentants. Par exemple sur les initiatives des autorités régulatrices afin de renforcer la Responsabilité sociale des entreprises en matière de protection des données personnelles, notamment le programme de gestion de la vie privée du Commissariat à la protection de la vie privée canadien ; sur le contrôle de la constitution des fichiers d’état civil et des listes électorales ; ou sur l’articulation entre protection des données personnelles et liberté d’expression.
 
La lettre d’information propose également des liens vers des articles inédits. Ce mois-ci, nous vous proposons deux contributions : du Président de la Commission nationale des données personnelles (CNDP) du Maroc, M. Saïd IHRAI, qui présente le bilan des activités de la Commission de protection des données personnelles marocaine et les défis pour les mois à venir ; et de la Présidente de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) du Burkina Faso et Vice-présidente de l’AFAPDP, Mme Alimata OUATTARA, sur les raisons de se doter d’une loi de protection des données personnelles, alors que la moitié des pays francophones ne sont toujours pas dotés d’une telle loi.
 
Ces articles offrent une vision des préoccupations des membres de notre association pour 2012, et montrent le souci que nous avons de réfléchir de façon collective et concrète aux problématiques actuelles de la protection des données personnelles. C’est aussi la vocation des groupes de travail thématiques mis en place cette année : le groupe de travail sur l’encadrement des transferts internationaux de données, qui rendra ses conclusions le 22 novembre prochain, lors de la 6ème Conférence francophone à Monaco, et le groupe de travail créé en partenariat avec le RECEF (Réseau des compétences électorales francophones) autour du projet de consolidation des fichiers d’état civil et des listes électorales.
 
Par l’échange d’informations et la mise en commun des compétences, ces actions participent au renforcement de l’expertise de nos autorités, à une application plus effective des règles de protection des données personnelles et, enfin, à une meilleure diffusion d’une vision francophone de la protection des données personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *